Lethrinops

Regan, 1922

Le nom Lethrinops vient de Lethrinus qui est un genre de poisson marin et de « ops » qui dérive du grec opsis signifiant apparence (Eccles, et al., 1989). Lethrinops est donc un genre de poisson qui ressemble au Lethrinus encore appelé  “Bec de cane”. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’espèce type du genre Lethrinops est Lethrinops lethrinus.

Initialement, le genre Lethrinops regroupait des poissons qui aujourd’hui sont différenciés en 3 genres : Lethrinops, Taeniolethrinops, Tramitichromis.

Le caractère commun à ces poissons est leur type de denture : « Lethrinops type ». Dans ce type de denture, sur la mâchoire inférieure, la série de dents la plus externe se termine en arrière, au même niveau que la rangée la plus interne. Habituellement chez les Haplochromiens la rangée de dents la plus externe se termine en arrière de la rangée la plus interne. (Eccles, et al., 1989).

Arcade dentaire inférieure "Lethrinops type"
Arcade dentaire inférieure d'haplochromien

Représentation des arcades dentaires inférieures “Lethrinops type” et d’ “Haplos” d’après B. Ngatunga et K. Snoeks in (Snoeks,2004)

Depuis 1989, le genre Lethrinops “sensu lato” est donc divisé en 3 genres qui possèdent la denture « Lethrinops type ». L’appartenance à un des 3 genres semble reposer sur des critères surtout morphologiques (Eccles, et al., 1989) (Snoeks, 2004): patron mélanique , inclinaison de la lame antérieure de l’os pharyngien (oblique chez les Tramitichromis), forme des dents…

La distinction entre ces 3 genres est loin d’être simple, de plus en plus discutée, et il semble indispensable de revoir la classification de l’ensemble de ces poissons (Snoeks, 2004), (Schraml, 2005), (Konings, 2007). D’autres critères devraient être pris en compte comme la génétique mais aussi, et surtout? , des critères comportementaux (type de nid, danse nuptiale…) qui sembleraient assez discriminants chez les sabulicoles du Malawi (Stauffer et al, 2002).

Actuellement les Lethrinops sont divisés en 4 ou 2 groupes selon les auteurs:

  • Konings distingue: Les Lethrinops communs, les petits Lethrinops, les grands Lethrinops et les Lethrinops des eaux profondes (Konings, 2007).
  • Pour Snoeks: Les Lethrinops des eaux peu profondes (0 à 20m) et les Lethrinops des eaux profondes (>20 m) (Snoeks, 2004).
Lethrinops sp. 'black fin' lupingu (M)

Caractères morphologiques

Cichlidés dont la taille varie de 10 à 20 cm. Certaines espèces comme L. mylodon peuvent atteindre 25 cm à des profondeurs de plus de 40 mètres (Oliver, 1997-2010).
La forme générale du corps est assez variable, plutôt effilée pour certains (microstoma, albus), d’autres plus hauts de corps paraissent plus trapus (sp.mbasi, micrentodon, mylodon, aulonocara type).

La forme de la tête varie en fonction de l’habitat et des habitudes alimentaires (Schraml, 2005), (Snoeks, 2004):
Chez les sabulicoles d’eau peu profonde le museau est assez pointu et permet de rechercher et filtrer dans le sable des larves d’insectes ou des petits mollusques.
Ceux vivant dans les milieux intermédiaires ou plus rocheux (généralement plus profondément) ont un museau plus court et des dents pharyngées puissantes leur permettant de se nourrir de mollusques (L. mylodon). (Schraml, 2005)
Cette adaptation du mode alimentaire au milieu est sans doute un phénomène de convergence plus que lié à un rapprochement phylogénique (Eccles, et al., 1989).
La couleur générale est  argentée à l’exception des mâles en période de frai, les patrons mélaniques sont variés mais tous les mâles ont des ocelles sur la nageoire anale (Konings, 2007).

Habitat-Localisation

Sabulicoles, ils sont inféodés essentiellement à l’habitat sablonneux voir intermédiaire, les plus connus à faible profondeur n’excédant pas 20 mètres, certains sont retrouvés jusqu’à 100 mètres. Ils occuperaient ainsi  environ 95% des étendues sablonneuses et vaseuses du lac (Konings, 2007).

Comportement alimentaire

Grégaires, ils fourragent en groupe le sable à la recherche de petits invertébrés.
Ce sont des poissons fouisseurs, tamiseurs du substrat et en aquarium le sable prend un aspect vallonné avec une succession de petits creux assez caractéristiques.

Reproduction

Ils semblerait qu’il existe des périodes de reproduction chez la plupart des Lethrinops (Konings, 2007).

Le mode d’appariement est de type polygynique comme pour tous les Cichlidés du lac Malawi: Chaque femelle est fécondée par un mâle tandis que chaque mâle peut féconder plusieurs femelles. Pour les Lethrinops comme pour une bonne part des sabulicoles du lac il s’agit d’une polygynie de Lek.

Dans la journée les mâles reproducteurs quittent le groupe pour gagner leur site de ponte où ils tentent d’attirer les femelles. La nuit ils regagnent le banc, sauf certains mâles dominants du centre de l’arène.