Les Patrons mélaniques des Haplos du Malawi

Il s’agit d’un réseau de bandes, barres verticales, taches… allant du noir au brun, qui constitue un élément important de la coloration des Cichlidés du Malawi sous la dépendance des chromatophores à mélanine du derme.

Ce patron mélanique ou « melanin pattern » voir « stripe pattern » (patron rayé) des anglo-saxons, s’oppose au patron de coloration « colour pattern » ou de façon plus restrictive à la robe de frai des Cichlidés.

Il est communément admis que les premiers Cichlidés arrivés au lac Malawi sont originaires de plusieurs cours d’eau dont certains ont disparu ou ne sont plus reliés au lac. Ces Cichlidés fluviatiles sont sans doute les ancêtres de ceux du lac Malawi et possèd(ai)ent un patron mélanique qualifié de plésiomorphe (présumé primitif). L’origine exacte des Cichlidés du Malawi est encore très discutée.

Les différents Types de patrons mélaniques

Eccles et Trewavas distinguent 6 patrons de base chez les Cichlidés (haplochrominiens) du lac Malawi (Eccles, et al., 1989) auxquels il convient d’ajouter le patron plésiomorphe c’est-à-dire primitif ou présumé primitif.

Ces 7 types de patrons mélaniques sont portés à 13 par Oliver (Oliver, 1997-2008) qui présente sur son site  une classification des « Haps » à partir de leur patron mélanique. Il individualise ainsi les patrons mélaniques constitués de:

Barres verticales et bandes horizontales

Protomelas fenestratus Border
Protomelas sp. 'spilonotus tanzania' Mbamba Bay

Une ou deux bandes horizontales

Dimidiochromis strigatus
Protomelas labridens Chiofu
Nyassachromis prostoma Namitumbwe

Trois taches

Cyrtocara moorii (juvénile)
Copadichromis borleyi Mdoka (jeune mâle
Otopharynx lithobates Zimbawe Rock (F)

En selle

Tramitichromis intermedius

Bande oblique

Buccochromis spectabilis
Caprichromis orthognatus
Mylochromis incola Nkanda

Bande de taches obliques

Mylochromis gracilis

Absence de patron mélanique

Lethrinops albus Kande island (F)
Copadichromis sp. 'fire crest mloto' gome (juvénile)
Mchenga flavimanus Kande island (F)

Deux ou trois rangées de petites taches sans barre

Fossorochromis rostratus (F)

Nombreuses barres verticales ( plus de 6 sous la dorsale)

Aulonocara sp. 'stuartgranti maleri' Maleri Island (F)
Sciaenochromis fryeri Likoma
Placidochromis electra Fort Maguire

Quelques barres verticales (environ 4)

Placidochromis milomo Mbenjii (juvénile)

Barres alternant avec des taches au niveau du dos (barre en Y)

Protomelas ornatus Gome

Larges tâches

Nimbochromis livingstonii

A quoi correspondent ces différents patrons mélaniques?

Pour Voss (1977), l’apparition de différents patrons mélaniques pourrait-être une des premières manifestations de la spéciation des Cichlidés (Eccles, et al., 1989).

Il semblerait que certains type de patrons mélaniques puissent être associés aux niches écologiques voir au comportement alimentaire des poissons. (Seehausen, et al., 1999). Les patrons mélaniques à barres verticales seraient associés aux habitats complexes (rocheux, avec végétation), ceux à barres horizontales en rapport avec un comportement piscivore ou une vie en banc.

Plasticité des patrons mélaniques

Le patron mélanique est lié à la présence des mélanophores situés dans le derme et organisés en 3 systèmes:

  • Un système(I), constitué de petits chromatophores, plutôt superficiel et disséminé dans le derme, qui lorsqu’il est mis en jeu recouvre les couleurs plus claires sous la dépendance des chromatophores plus profonds.
  • Le système (II) constitué de larges mélanophores, plus profonds, responsable de la formation des barres (verticales).
  • Le système (III) de même type que le (II) mais responsable des bandes (longitudinales).

Ces systèmes sont sous la dépendance du système nerveux central, qui dans diverses circonstances permet leur contraction ou leur expansion, mettant ainsi plus ou moins en valeur le patron mélanique. Les variations du patron mélanique correspondent alors à un véritable langage optique entre les poissons, permettant une communication intraspécifique pendant les périodes de reproduction (Voss), jouant aussi un rôle dans l’évitement des prédateurs voir leur intimidation.